6 réflexions au sujet de « Certaines formes de sentiment amoureux »

  1. Je te vois partout et personne ne le sais, sauf… Les esprits sont là, mais ne m’aident plus pour l’instant; ils ont trop de travail, de par le vaste monde où je ne suis pas le seul à guider.Le Cosmos tous les jours s’agrandit, moi aussi, cela sans prétention, mais humblement et surement. Mes meilleurs pensées et souhaits pour toi, chère A…mie Marguerite. Tiens! Elles apparaissent sur ma pelouse… T.D.

  2. mon commentaire est ton texte mon ami et bravo pour ton analyse:)
    Certaines formes d’un sentiment amoureux…
    Nous sommes tous (tes) habitués (ées) à certaines conventions, issues de notre éducation, de
    notre culture. Nous suivons certains exemples et certaines instructions, auprès de la société ou de
    notre famille. Chaque individu adulte, prétend ou veut être libre, mais nous n’osons pas aller
    vraiment au fond de nos opinions. Nous sommes corrompus par la peur d’être mal vu, de nous
    exposer, d’être nous-mêmes. Il faudrait rester propres, aux yeux des autres, respectables,
    consciencieux et ne pas déborder les limites qui sont établies. Mais où se trouve la responsabilité,
    l’ouverture, l’imagination ?
    Nous cherchons tous des idoles, nous les aimons ouvertement, nous les adulons lors de grands
    rassemblements publics. Nous cherchons à imiter certaines bribes perçues dans leur comportement
    médiatisé, dans leur habillement, voire parfois même dans leur alimentation, dans la présentation
    inhabituelle d’une part de la personnalité, de la personne importante. Que celle-ci soit un sportif de
    haut niveau, un ou un écrivain, un comédien, un acteur de cinéma, un artiste de variété, un
    explorateur, un savant, etc.
    J’ose échanger, m’exprimer au travers de textes, de poèmes instinctifs sans prétention de grandeur,
    ou de tout autre artifice. Tout ceci en partage artistique, poétique, modeste, puisqu’une charmante
    personne me l’autorise, pour ma délivrance, ma progression intellectuelle, même si tous ces jets ne
    sont pas d’un style académique, ni classique. Cette ouverture de mon intellect, fraternel, que cette
    femme émérite m’apporte, sans aucun engagement, chose rare entre inconnus et personnages issus
    de milieu différent. Il n’est pas fou, ni ce n’est déplacé, de déclarer en échange de bien fait, son
    amour, envers cette personne digne, plutôt que de lui présenter des mièvreries non sincères, pour la
    remercier. Nous manquons tous, du moins de nombreuses personnes adultes, dits responsables, de
    sincérité, d’audace intelligente, d’humilité.
    Nous n’osons pas malgré nos milliers de messages de fraternité, de philosophie, d’humanité, dire
    les sentiments qui nous animent, nous enrichissent, qui nous étreignent spontanément et sans calcul.
    L’amour, ce n’est pas que le sexe, ou le besoin de créer un couple relationnel, de rechercher une
    compagne, pour partager une partie d’une existence ou quelques heures d’aventure. L’admiration
    inspire l’amour fraternel, la complicité culturelle, entraine vers ce type de sentiment, qu’on n’ose pas
    nommer.
    Quand un auteur littéraire, un comédien, un sportif, dit qu’il aime son public, c’est sans doute un
    témoignage en compensation du fait que sans l’assemblée qui le soutient, la personne connue,
    devenue importante, n’existerait pas. Mais comme il s’agit d’un ensemble de gens, certains croient à
    la sincérité du discoureur, d’autres pensent à de la démagogie.
    N’importe quelle personne qui, donne des heures, des jours de son temps, pour distraire, enrichir
    intellectuellement, aider, renseigner, partager avec les autres, agit par passion, vocation, inspiration
    ou amour. Le mot « amour » ou même le sentiment amoureux n’appartient pas sur l’échelle
    sentimentale, qu’à la formation d’un couple ou d’une entente ayant pour but de créer une liaison
    exclusive, passionnelle et intime, vers une dominance à connotation sexuelle…
    L’amour est aussi une question de sensibilité réciproque, de respect d’autrui, d’attentions
    bienfaitrices, de compréhension, de complémentarité amicale.
    Toute les interprétations différentes surprennent, j’avoue que j’ai exagéré, mais sans aucune
    méchanceté, juste pour la découverte de la réaction de l’intéressée et aussi prétentieusement, je
    voulais attirer les remarques des visiteurs et lecteurs du blog visité. Mais comme je l’ai déjà dit à
    plusieurs reprises dans mes écrits. Personne ose ouvertement dire ce qu’il pense, ou alors sous des
    formes déguisées qu’il faut scruter et comprendre. C’est l’épidémie du « cool ! » Pourquoi se mêler,
    profitons des lectures et petits spectacles à venir…
    « Aimer c’est trouver sa richesse hors de soi. » (Alain- éléments de philosophie.)
    Tout ce qui peut élever, enrichir intellectuellement un individu, l’instruire venant d’une autre
    personne, à un instant complice, sans que pour cela il ait un échange physique des sens, des
    rapports intellectuels qui sont hors des plaisirs de la chair, pour ma part cela est une des formes de
    l’amour. Mais très peu de personnes ont conscience ou veulent prendre fait et cause pour cette
    présentation moderne.
    1
    Dans le Littré : « ami, » i.e. = celui, celle qui nous aime et que nous aimons.
    Pour certaines personnes le mot « ami » est parfois dévalué, parce qu’il est devenu tellement
    commun, invraisemblable parfois, qu’on s’y perd, mon copain= mon ami, alors que c’est
    complètement différent comme rapport affectif…
    « Amitié » = sentiment qui affectionne, attache une personne à une autre.
    « Amor = Amour » = sentiment d’affection d’un sexe pour l’autre.
    Il n’ait pas dit, d’une personne d’un sexe, vers une personne d’un autre ou du même sexe…
    Pascal dit : « A force de parler d’amour, on devient amoureux. »
    Balzac emploie le mot amoureux dans l’une de ses lettres à Conrart en 1841, au sens amical,
    affectueux.
    Pour moi, vouloir vivre autrement, m’exprimer d’instinct, lorsque mon moi intérieur me pousse à
    le faire, ce n’est pas de la provocation, ce serait plutôt mon intuition qui me conduit vers cette
    ouverture d’expression nouvelle et vraie, pour me sentir libre, autre et beaucoup plus complice.
    On cherche souvent chez les autres, ce que l’on ne trouve pas devant sa porte ou même à
    l’intérieur de chez soi… La liberté d’expression lorsqu’elle est empreinte de respect, d’admiration,
    permet de rencontrer une autre respiration ; une autre forme d’expression ; une autre compréhension
    ou remise en question, qui s’exprime que par un « état amoureux, » même si ceux qui vivent ce type
    d’aventure ne le mentionnent pas de la sorte. Ce ne peut être autre chose, de toute façon. Mais notre
    conception conservatrice, de certains échanges ou partages, ne le comprend pas encore ainsi.
    C’est pour cela que j’ai osé écrire à cette femme généreuse et tolérante, que je l’aimais. (Ce qui est
    toujours vrai, d’une manière poétique !)
    Je ne sais pas ce qu’est la création. Je sais ce qu’est une décoration artistique. Je ne connais que
    l’inspiration instinctive du premier jet. Une fois que le terme est sortie, après c’est le travail ou la
    complicité, qui ouvres les portes cérébrales à l’entendement.
    Ce qui m’a aussi libéré dans mes différentes expressions écrites, qui peuvent être ressenties
    comme extrêmes par certaines personnes, vient du fait que je ne retiens plus ce que propose mon
    esprit, venu de mon « moi » intérieur.
    J’ai trop regretté et vécu des événements heureux, des jours de bien être en compagnie de
    personnes qui méritaient de connaître le degré de mes émois, de mon affection, de mon amour
    même, sans jamais oser l’exprimer, par crainte de refus, d’incompréhension, de n’être pas pris au
    sérieux, etc., qu’aujourd’hui, je me permets cette ouverture d’esprit et de franchise, même si celle-ci
    surprend, choque, les personnes qui ne veulent pas réfléchir autrement. Je suis timide, mais ne veux
    plus faire preuve de réserve ou de pudeur. J’ai passé l’âge de faire semblant !
    Je préfère le grand écart verbal d’intention, vers ce qui serait le plus bénéfique, pour mon
    équilibre psychique, la libération de mon verbe. Bien sûr je respecte la tranquillité, la volonté de
    mes interlocutrices, interlocuteurs, lorsqu’ils montrent une gêne, en écoutant mes propos ou en
    lisant mes textes.
    Toutes mes inspirations artistiques, poétiques au départ sont instinctives. A son sujet mes
    inspirations sont improvisées. Après je prends un temps pour rajouter à mes compositions, un peu
    de réalisme et de sentimentalité, lorsque ce ne sont pas d’autres thèmes qui sont traités… J’analyse
    toujours les causes, les vues contraires de mes inspirations. Il peut m’arriver de déraper, car je suis
    plusieurs, nul n’est parfait, mais je sais m’excuser, lorsque cela est nécessaire.
    Dans mes écrits, il y a peut-être de la révolte, de la contradiction, mais rarement de la méchanceté
    contre autrui. J’ai trop souffert de la brutalité gratuite et imbécile, des intolérances, pour à mon
    tour, m’y corrompre. Cela je ne le peux ! Je suis adepte « du mieux vivre ensemble, » et je milite
    pour cela.
    Derrière les mots, le terme « amour » prononcé, il y a chez moi tout un historique, qui résulte de
    mon enfance, de mon adolescence, de mes premières années de jeune adulte… Ces sentiments
    amoureux, chez moi ne sont pas anodins. Ils sont importants, mais il y a des paliers, dans leur
    composition intérieure. Comme qui dirait des divisions multiples, des sortes de part de camembert.
    Je n’aime pourtant pas les cloisonnements. Je me retrouve à trier des pétales de sentiments, pour les
    2
    classer, leur donner une échelle de valeur dans mon esprit, vis-à-vis des personnes concernées.

    « L’amour est incomparablement meilleur que la haine, elle ne saurait être trop grande ; joignant
    à nous de vraies biens, elle nous perfectionne autant. » René Descartes.

    Dans nos société dites modernes, instruites, il est très caractéristique de nos complexités
    humaines, de constater que prononcer envers autrui les mots : « je t’aime, » « mon amour, » devient
    subitement, lorsqu’il n’y a pas de rapport vraiment établi physiquement, sujet à causions, à la
    méfiance, à l’incompréhension. Les sentiments naturels, hors la famille, les personnes très proches
    ne sont plus d’actualité. Ces mots, ces expressions naturelles deviennent alors, « taboues. »

    L’avènement « du mieux vivre ensemble » permettra de réactualiser tous les sentiments et
    les conduites nobles. C’est mon plus grand souhait. Fraternité
    TONY

    • Très chère am…mie Marguerite, je suis impardonnable, de n’avoir pas vu ton geste et ton partage en reprenant certains termes de mon texte, pour les mettre visibles. Il y a un mois que tu t’ai donné cette peine, ce geste d’extrême attention. Je te remercie très chère, malgré que lorsque j’ai lu : « Marguerite a dit…, et que j’ai lu les mêmes expressions, pensées, qui venaient de moi, j’ai été surpris, essayé de comprendre, s’il y avait pas quelques chose qui m’échappait. Tu as fait cet effort pour résumer en quel que sorte mes écrits. Merci A…mie pour cette marque d’affection. Il n’est jamais trop tard. A love you. Je pense chaque jour à nos partages, à toiTony Dupuy.

        • Merci très chère Princesse Marguerite, j’ai depuis des décennies, depuis Paris, lorsque j’offrais à mon épouse, le porte bonheur, gardé les muguets avec racines pour les replanter. Ce qui fait que tous les ans, j’ai un petit parterre fleuri avant la date du 1 mai. Je me suis même permis, il y a deux ans d’offrir du muguet en pot, à mes six voisins les plus proches, dans le lotissement où je réside avec Madame. Comme je te l’ai expliqué , je poursuis depuis l’âge de dix-huit ans une démarche artistique, sans rien connaître et personne, je poursuis ma route comme un forcené, qui s’instruit de ses échecs, de ses trouvailles, rencontres. Bonne santé et beaucoup d’inspirations je te souhaite amour. T.D.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.